Le MBA dans une autre dimension

Basket
Infos pratiques : 

17/06/2015

Après avoir fait monter son équipe première en Nationale 2 Féminine, le Monaco Basket Association va accélérer le mouvement avec sa réserve avec comme objectif, si l'occasion de se présente, la Nationale 3 d'ici trois saisons.

Mai 2013, le Monaco Basket Association gagne les play-offs d'ERF et débarque en septembre en NF3. Deux ans plus tard, le MBA va découvrir la Nationale 2. Tour d'horizon.

Créé fin 2009, le Monaco Basket Association et son Président Eric Elena sont en train de réussir leur coup. Le club a gravi les échelons et jouera la saison prochaine en Nationale 2. L'objectif final d'arriver en Nationale 1 n'est plus très loin. Pourquoi la Nationale 1 ? Car Elena a bien conscience qu'au délà, il lui sera impossible de s'aligner sur certains salaires demandés : ça commence déjà à se corser. Sauf si un gros investisseur fait son apparition...

Cette montée arrive au terme d'une saison composée de trois temps. Le premier, jusqu'au 30 novembre, soir de la défaite au HTV - La Seyne (61-44). Une quatrième défaite qui relègue Monaco loin, très loin de Nîmes et du Cavigal. "Nous avons eu un peu de mal à l'allumage. Le mois de novembre a été difficile. Mais je n'étais pas inquiet car je suis quelqu'un qui adore passer aux entraînements et on voyait que les joueuses étaient vraiment à fond, dans leur sujet, une vraie équipe de Nationale 3 qui ne lâche rien", explique Elena à www.magsport06.fr. "A la fin ça paye. On a un projet sur trois ans, si nous n'étions pas monté cette année, on aurait rien remis en cause. On a commencé à se prendre au jeu même si la défaite à Toulon a fait mal. J'étais très contrarié. Un vrai non match. Mais la semaine suivante contre Aix, on a tout de suite vu un changement."

"On a serré les dents"

La défaite face au HTV - La Seyne sera la dernière de Monaco lors de la phase régulière, puisque l'équipe d'Olga Tarasenko va même dominer Nîmes et le Cavigal. "Le match de Nîmes, Olga savait qu'on allait le gagner. Les filles avaient été énormes aux entraînements. Quatre séances avec beaucoup de concentration et on gagne de quatre points sans jamais trop trembler. Pourtant, on a deux filles qui terminent le match avec un strapping. On a serré les dents." Plus tard, les play-offs vont être vécus comme une superbe aventure que beaucoup des joueuses, mais aussi le club lui-même, ont découvert. Tout s'est plutôt bien passé avec trois victoires pour une défaite. Dont un très beau succès à Caluire et Cuire (51-57) devant plus de 700 spectateurs.

Pour la saison prochaine, Elena tente, avec Tarasenko, de composer l'effectif le plus compétitif possible, tout en restant dans le domaine du raisonnable pour le financier. "Par rapport à d'autres clubs, il y a un gros déséquilibre financier. Nous n'avons pas du tout les mêmes moyens, je ne peux pas m'aligner sur certains salaires et défraiements. C'est énorme... Mais on ne part pas battu."

Pour le moment, trois joueuses ont été recrutées. Une jeune fille de 18 ans, venant de Letonnie et qui vient poursuivre ses études sur la Côte d'Azur. C'est une intérieur (190 cm) qui joue en sélection U20 avec son pays. "Un gros potentiel", selon Elena. Joli coup également, l'arrivée de Leslie Fournier, Poste 4/5, en provenance de la LF2 de Roche Vendée. Cette saison, blessée, elle n'a joué que huit matchs. Elle arrive donc à Monaco "pour se relancer". Enfin, "une meneuse de poche", Carolie Magoni qui jouait avec la Nationale 1 de Chenôve qui a refusé sa montée en LF2. "Elle arrive suite à un concours de circonstances. Son compagnon est muté à Nice. Du coup, elle cherchait un club..." Deux autres filles non-mûtées pourraient intégrer le club. Une Américaine qui n'a pas joué cette saison en raison de problèmes de santé avec qui un rendez-vous a été pris au mois d'août. La seconde est mutée de Paris vers le sud. A suivre...

Avec trois arrivées actées et deux potentiels, il y a donc forcément plusieurs départs. Tout d'abord, la Capitaine Sabine Fournigault ne fera plus partie de l'effectif. C'est également le cas de Jeanne Senghor qui, après une année de transition pour elle en Nationale 3, part en bons termes avec le club. Elle ira joué sans doute bien plus haut, là où les clubs peuvent suivre les demandes financières, légitimes, de la joueuse. Riwa El Boujemi s'en va aux Etats-Unis pour ses études. Assitan Diarra et Monaco se séparent également. "Non seulement on ne peut pas, mais on refuse de rentrer dans cette compétition financière. On ne veut pas mettre le club en péril. Il ne faut pas oublier que, même si c'est super, nous ne sommes qu'en Nationale 2. Alors quand on me demande 1500 ou 1800 euros, c'est impossible..."

"Pourquoi pas les play-offs..."

Après deux montées en trois ans, Monaco va forcément ralentir le rythme et jouer la saison prochaine le maintien en quatrième division. "On ne va pas se cacher. On ne jouera pas la montée. Nous allons construire un bon groupe et si la mayonnaise prend bien pourquoi pas jouer les play-offs pour avoir une bonne expérience." Ce qui est également à signaler, ce que pour son arrivée à ce niveau, le MBA va avoir le droit à une grande Poule régionale avec beaucoup de voisins. L'occasion notamment pour Tarasenko de retrouver la salle Leyrit, elle qui, il y a quelques années, a fait monter le Cavigal en première division.

Tout d'abord Roquebrune qui malgré sa huitième place de NF1, a décidé de repartir à l'étage du dessous. Puis, Saint-Laurent, habitué des lieux. Suis derrière la réserve du Cavigal qui monte suite à l'accession en LFB de l'équipe première. Et enfin, l'AS Monaco. La rivalité entre les deux clubs nous promet deux derbies intenses... "Je ne vous cache pas qu'avoir autant de courts déplacements est intéressant sur le plan financier. Cela va éviter aussi beaucoup de fatigue aux filles car chez nous, il est impossible, toujours pour des raisons de budget, de prendre l'avion et de payer une ou deux nuits d'hôtel à tout le monde. Lorsque les déplacements sont là : on part le matin en bus. Je sais que c'est difficile pour les filles mais je ne peux pas faire autrement." La formule a plutôt bien fonctionné en Nationale 3. 

(Crédit photo : Monaco Basket Association)

Gardons le contact