La dernière échappée de Théo Conte

Cyclisme
Infos pratiques : 

14/02/2014

« Je suis choqué et attristé par cette nouvelle. Je connaissais bien ce petit jeune. Je pense très fort à Joseph Sabeja, le masseur du club, avec qui je suis très proche, il était très attaché à Théo. Ca me fait beaucoup de peine », explique Florent Icard, ancien coureur au Sprinter Club de Nice.

En août dernier, il avait décroché son permis de conduire une semaine après sa majorité. Théo Conte, coureur au Sprinter Club de Nice Jollywear, est décédé jeudi au volant de son véhicule.

Depuis une dizaine de jours, la rubrique cyclisme de www.magsport06.fr est en ébullition de par la reprise de la saison sur route. Aujourd'hui, nous allons à nouveau parler de la petite reine, mais pas dans les termes espérés. Jeudi, en milieu d'après-midi, Théo Conte, 18 ans, est décédé tragiquement dans un accident de la route, à la hauteur de Plascassier. « Il rentrait de l'école en voiture. Il était seul et est mort sur le coup », explique avec une immense tristesse Olivier Presse, directeur sportif du Sprinter Club de Nice Jollywear. Conte allait y débuter sa première saison avec la DN3 niçoise, après avoir passé deux ans dans les rangs juniors. « C'était un super jeune : serviable, gentil et plein de qualités. Il était très sérieux sur le vélo et à l'école tout se passait bien également. C'est tragique. » Théo Conte devait participer ce dimanche 16 février au Grand-Prix de Carcès (toutes catégories). « J'ai appelé mes coureurs un par un. Nous avons décidé à l’unanimité d'aller tout de même courir pour lui rendre hommage. Théo aurait aimé cela. On portera un brassard noir. Nous allons également voir avec les organisateurs ce qui est possible de faire », prévient Presse.

« On se rejoignait chez lui pour une sortie cinéma ou autre, à Cannes ou à Nice, on avait pas encore décidé. Il venait de finir ses cours, on s'était appelé et il m'a dit : rendez-vous dans vingt minutes chez moi », narre Alexis Carlier, lui aussi coureur cycliste à Nice. Les deux hommes étaient devenus inséparables depuis le lycée. Le meilleur ami de Conte nous peint le Grassois : « C'était un garçon très gentil et très respectueux, très intelligent. Il arrivait à combiner une école difficile de mathématiques à Polytech'Nice Sophia et le cyclisme à haut niveau ce qui n'est pas simple. Très drôle également, vachement investi dans ce qu'il faisait... » Pour son passage en DN3 à Nice, Conte n'avait pas chômé durant l'hiver, début décembre il s'était confié avec enthousiasme à www.magsport06.fr (cliquez ici) : « Il avait beaucoup travaillé pour combler son manque de force et il était devenu très bon. Il m'a bien fait mal à l’entraînement : j'ai été impressionné par sa progression. C'était également quelqu'un qui aimait la vie, profiter de sa jeunesse, j'entends par là passer du temps avec ses amis, avoir de l'adrénaline. On a fait beaucoup de canyoning, d'escalade, de ski, de plongée sous marine et il aimait prendre des risques c'est vrai... Mais c'était quelqu'un de très sain, jamais d'abus d'alcool, jamais de drogue ou quoi que ce soit du genre. » 

Pour Carlier, c'est une nouvelle épreuve à passer avec le décès en 2012 de Clément le Bras, coureur cycliste lui aussi, disparu il y a deux ans à 19 ans, après neuf jours d'état critique suite, encore là, à un accident de voiture. « Théo va énormément me manquer et je compte bien lui faire honneur dans mes actes que ce soit en vélo ou autre. »

La rédaction de Magsport06 tient à présenter son soutien et ses sincères condoléances à la famille de Théo, à son petit frère Benjamin et au Sprinter Club de Nice Jollywear.

Gardons le contact