Antibes va s'accrocher

Volley
Infos pratiques : 
  • 08/02/2018

Le coach Olivier Costarella est parvenu pour cette fin de saison à combler les blessures au sein de son équipe avec un retour et une arrivée à la passe et au poste de libéro.

Dixième de Nationale 2F, Antibes vient de sortir de la zone rouge et se bat pour que cette situation ne soit pas provisoire. Pour cela, il y a eu du nouveau sur deux postes. 

La Nationale 2 Féminine va devoir se battre jusqu'au bout pour décrocher son maintien dans la division. Pour y parvenir, cela passe par des victoires face à Firminy, équipe la plus faible du championnat. C'est ce que les filles d'Olivier Costarella sont parvenues à faire le week-end dernier très nettement : 25-13 25-20 25-14. Trois points bienvenus qui permettent aux Antiboises de sortir de la zone rouge puisque Aubagne, comme prévu, a perdu à Istres. 

Voilà qui donne du moral à Bertone car depuis quelques temps, ce n'était pas la joie. « Il y a eu pas mal de nouveautés nous concernant en ce début d’année », commence à expliquer Costarella à www.magsport06.fr. « La première est malheureuse car il s’agit de la grave blessure au genou de notre passeuse titulaire, Alexandra Vitu, lors du second set contre Aubagne. » Match de reprise le 14 janvier dernier, qu'Antibes a malgré tout gagné en cinq manches. L'opération de Vitu aura lieu en avril : six mois d'arrêts minimum. « Nous avons pu compter sur la solidarité de toutes les filles et sur la bonne performance de Karen Landais entrée à la passe pour gagner ce match capital. »

Dans une période similaire, de fin décembre à début janvier, en raison de la blessure de Barbara Collu, Antibes dû jouer sans libero. C'était sans compter, il y a quelques jours, sur le retour aux affaires de Michèle Coranotto, qui avait décidé d'arrêter la compétition sur la belle note de la montée en Nationale 2. « Elle nous apporte son expérience et son dynamisme sur ce poste si important. »

Mais ce n'est pas tout. Suite à la blessure de Vitu, il fallait remplumer la passe. C'est à ce moment précis que Julie Bodenes, ancienne passeuse de Saint-Laurent, a manifesté son envie de reprendre la compétition après deux années d'arrêt. « La venue d’une passeuse expérimentée comme Julie est une aubaine. Certes, il lui faut retrouver le rythme mais je ne suis pas inquiet sur ce point. »

S'il sait pertinement que son maintien passera par des détails et pourront faire basculer un set ici et là, l'entraîneur se veut confiant même si tout ne se fera pas seul « Depuis la trêve de Noël, notre jeu a évolué. Nous jouons beaucoup mieux, même si le manque de confiance ne nous a pas permis de bien négocier les moments importants contre Saint-Chamond et Saint-Fons. Cette victoire contre Firminy doit nous donner confiance. Il faut qu’on prenne conscience que nous avons progressé et que nous pouvons battre des équipes qui nous ont dominées en première phase. »

Pour ses deux prochains matchs, Antibes jouera sans pression. Tout d'abord à domicile face au Pradet / La Garde. Un bon quatrième, mais qui doit surtout sa place à un beau parcours à la maison. Hors de ses bases, c'est beaucoup moins constant. Un coup à jouer peut-être pour décrocher un bonus dans la course au maintien. Dans la foulée, il faudra se rendre chez l'ogre laurentin avec un objectif : travailler, bien faire et saisir les opportunités qui se présenteront. 

Objectif pour Antibes, conserver le plus longtemps possible les deux points d'avance sur Aubagne car, rappelons le, pour son dernier match de la saison, l'OAJLPVB ira dans le Var. Mais pour Olivier Costarella, c'est se tromper lourdement de penser que le maintien se jouera uniquement sur cette opposition. « C'est une erreur de penser que tout se jouera contre Aubagne sur un seul match. Les équipes qui n’auront pas l’ambition de monter et qui seront à l’abris de la descente risque de lâcher des matchs autant contre nous que contre Aubagne. Il est indispensable qu’on réponde présent et qu’on saisisse ces opportunités. » Prochain rendez-vous donc le 18 février prochain pour la réception du Pradet / La Garde.

Gardons le contact